Optimisation fiscale - Revenus fonciers : régime réel ou micro-foncier ?

Les revenus fonciers sont soumis au barème progressif de l'impôt sur le revenu.

 

Le revenu foncier net imposable peut être déterminé de deux façons :

  • forfaitaire : si les revenus fonciers perçus par les membres du foyer fiscal au cours d'une année sont inférieurs ou égaux à 15 000 €, ils sont en principe soumis de plein droit au régime simplifié du micro-foncier. Le revenu imposable est alors forfaitairement fixé à 70 % des revenus bruts perçus en cours d'année ;
  • "réelle": il est alors déterminé par différence entre le revenu brut perçu au cours de l'année d'imposition et le total des charges supportées au cours de la même période. Ce mode d'imposition est obligatoire pour les bailleurs percevant des revenus fonciers d'un montant supérieur à 15 000 €, ou d'immeubles spéciaux (Logements Borloo, Robien, Besson, Périssol, parts de sociétés immobilières, ou en secteurs sauvegardés, monuments historiques, immeubles détenus en nue-propriété), optionnel pour les autres.

Lorsque les loyers perçus par les membres de son foyer fiscal sont inférieurs ou égaux à 15 000 €, le contribuable a donc le choix entre ces deux régimes d'imposition. Le tableau ci dessous récapitule les principaux avantages et inconvénients de chacun de ces deux régimes.

 

Revenus fonciers : frais réel ou micro foncier

 

Consulter d'autres pages :

Opter pour les frais réels ?

Enfant majeur : rattachement ou pension alimentaire ?

Investir pour réduire sa facture fiscale

Des dépenses pour réduire ses impôts

 

Retour au sommaire "Votre impôt"